Comment le développement de logiciels « low-code, no-code » améliore la conformité fiscale et d’audit

29-08-2023 | 6 | conformité des entreprises au gouvernement, Conformité SAF-T, Préparation fiscale et d'audit

Laura PARRI ROYO

Auteur : Laura Parrí Royo, Directrice Marketing
Forte de ses années d’expertise, Laura dirige l’équipe marketing du groupe TJC. Son expertise en matière d’archivage de données SAP, de déclassement de patrimoine, etc., associée à des tactiques de marketing, a permis d’améliorer la valeur de notre marque au-delà de l’excellence.

Depuis l’arrivée de l’internet, nous avons lentement assisté à la « démocratisation de la technologie », mettant de puissantes capacités technologiques entre les mains du plus grand nombre. Ce qui n’était autrefois accessible qu’à une poignée de personnes parmi les plus aisées de notre société, entreprises et consommateurs confondus, est devenu facilement accessible à toute personne disposant d’une connexion à l’internet. Des communications sûres et bon marché pour éliminer les restrictions géographiques ; l’accès aux marchés mondiaux pour réduire les coûts ; une recherche de pointe et des connaissances avancées pour améliorer l’accès à l’éducation, et bien d’autres choses encore. Aujourd’hui, dans le monde du développement logiciel, les choses vont encore plus loin, avec l’arrivée des applications « low-code » et « no-code ». Ou est-ce le cas ? Est-ce vraiment quelque chose de « nouveau » ?

Qu’est-ce que l’expression « Low-code, no-code » ?

Les plateformes de développement « low-code » ou « no-code » sont des types d’environnements de développement de logiciels qui permettent aux développeurs d’entreprise et aux développeurs citoyens de créer rapidement des applications sans avoir à les coder ligne par ligne. Il s’agit souvent d’utiliser des composants d’application « glisser-déposer » qui peuvent être reliés entre eux pour créer des applications et des utilitaires. Reprenant l’idée précédente de promotion de l’autonomie, ils permettent aux analystes commerciaux, aux administrateurs de bureau, aux propriétaires de petites entreprises et à d’autres personnes qui ne sont pas des développeurs de logiciels de créer et de tester des applications de manière indépendante. C’est de cela qu’il s’agit pour démocratiser la technologie : « low code », « no code ». Les personnes n’ayant que peu ou pas de connaissances des langages de développement de logiciels et du code machine peuvent produire leurs propres applications et utilitaires efficaces, rapidement et à peu de frais.

Le « Low-code, no-code » est-il une nouvelle invention ?

Low-code, no-code » est peut-être une expression à la mode actuellement, mais le concept existe depuis longtemps. Selon Marc Ambasna Jones, auteur de Computer Weekly, « depuis que les entreprises ont commencé à pousser leurs employés à « programmer » des macros dans Excel, l’idée de « développeurs citoyens » a pris racine« . Aujourd’hui, le concept a reçu un label – low-code, no-code.

La vision sous-jacente semble pousser ces capacités un peu plus loin, en impliquant que nous pouvons nous passer complètement des développeurs de logiciels – parce que les utilisateurs finaux peuvent maintenant créer leurs propres applications logicielles à l’aide de générateurs de code automatisés. Vraiment ? Avez-vous déjà utilisé Google Translate et reçu une traduction impeccable d’un document en langue étrangère ? Ou la loutre pour la transcription ? Je ne l’ai fait ni l’un ni l’autre, même s’ils sont tous deux incroyablement utiles. Le même principe s’applique au low-code et au no-code. C’est une bonne idée et elle fonctionne en partie, mais le battage médiatique autour de la possibilité pour les utilisateurs finaux de créer tous leurs propres logiciels est erroné. Par ailleurs, les mêmes limitations s’appliquent au Chat GPT.

Des logiciels au service des utilisateurs finaux

Cependant, malgré ce scepticisme, le « low-code » et le « no-code » existent et sont utiles. À l’instar d’autres outils basés sur l’IA comme Otter et Chat GPT, il existe aujourd’hui des applications de conformité commerciale très utiles qui permettent aux utilisateurs d’accéder à cette fonctionnalité. Ils permettent aux utilisateurs finaux de travailler avec plus d’autonomie en ayant le pouvoir d’utiliser les outils et les services qu’ils utilisent de manière plus indépendante. Créer potentiellement des « mini-applications » sans avoir recours à l’informatique. Mais ils ne sont adaptés qu’à des tâches très spécifiques. Avant d’aller plus loin, définissons d’abord ce que nous entendons par « low-code » ou « no-code ».

Exemples de codes faibles ou inexistants au sein du groupe TJC

Bien que le concept de « low-code » et de « no-code » fasse actuellement l’objet d’un battage médiatique important, il n’est pas nouveau. Le groupe TJC développe depuis 2008 des outils logiciels qui intègrent ces capacités. Dans notre cas, le développement de logiciels professionnels reste au cœur de nos processus de développement, nous n’avons pas l’intention de remplacer nos développeurs, mais les capacités « low-code no code » auxquelles nos solutions adhèrent offrent un moyen accessible et simplifié par lequel les utilisateurs peuvent rapidement créer leurs propres utilitaires et rapports.

Voici quelques exemples : le Audit Extraction Cockpit (AEC). Ce logiciel offre des capacités de développement classiques, sans code, qui permettent aux utilisateurs d’effectuer leurs propres extractions de données pour les auditeurs et de répondre aux demandes de rapports de conformité. L’AEC permet à un développeur d’extraire des données des tables d’une base de données SAP dans des formats prédéfinis, puis d’écrire les résultats dans un fichier qui peut être remis aux régulateurs. Il s’agit d’une tâche qui aurait auparavant nécessité l’intervention d’un développeur et qui aurait pris au moins quelques jours. Les utilisateurs peuvent désormais s’occuper de toutes les demandes de manière indépendante. Outre le gain de temps, cela signifie que l’utilisateur n’a pas à supporter de coûts de développement supplémentaires. Auparavant, il aurait fallu quelques semaines pour écrire le code logiciel requis, alors qu’aujourd’hui une telle demande peut être satisfaite en une seule journée.

En tant qu’application sans code, AEC permet aux utilisateurs finaux de spécifier la manière dont ils souhaitent que les tableaux de données soient structurés, de générer le code nécessaire pour répondre à la demande, puis de produire les résultats correspondants dans un format qui sera accepté par les auditeurs et les régulateurs financiers. Plutôt que de gérer une procédure d’archivage complète, AEC génère le code optimisé pour extraire des sous-ensembles de données de SAP dans le format requis.

Mise en page - logiciel pour ordinateur portable - AEC

Un autre des produits du groupe TJC, Enterprise Legacy System Application (ELSA) est également conçu avec des capacités « low-code » et « no-code », ce qui permet aux utilisateurs de répondre aux demandes urgentes d’archives historiques qui ont été retirées des systèmes d’entreprise en activité. Par exemple, si un contrôleur fiscal demande des relevés de ventes datant d’il y a dix ans, il se peut que ces relevés ne soient pas disponibles pour un usage continu en raison du GDPR, mais qu’ils soient nécessaires pour une enquête fiscale. ELSA offre un moyen rapide, simple et conforme pour obtenir des informations qui ont été archivées.

ELSA est un exemple de « low-code no-code » pour les utilisateurs professionnels de SAP, leur donnant la possibilité de récupérer des fichiers anciens, tels qu’une commande de vente datant de 8 ans, en affichant simplement un tableau.

De même, le groupe TJC a expérimenté SAP Build Apps et Microsoft PowerApps pour créer des applications sans code pour les utilisateurs finaux à l’aide d’ELSA. Par exemple, nos consultants ont développé une application pour visualiser les commandes clients avec SAP build et aussi pour Microsoft Power apps. Dans ce cas, la commande client est stockée dans ELSA ou SAP S/4HANA et l’application a été créée sans écrire une seule ligne de code.

Dernier mot

On assiste à une explosion des applications « low-code » ou « no-code », qui apportent incontestablement des avantages aux utilisateurs finaux comme aux développeurs, en leur faisant gagner du temps et de l’énergie, voire de l’argent. Ces premières applications constituent un bon point de départ, mais ne permettent pas d’obtenir un produit final robuste et complexe. Laisser entendre qu’ils permettront aux utilisateurs de se passer des développeurs de logiciels est tout simplement faux, bien que le principe du « low-code, no-code » existe depuis des décennies, et que la technologie ne soit pas suffisamment mûre.

Le groupe TJC développe des applications sans code depuis plus de 15 ans, dans le but d’aider ses clients à réduire leurs coûts et, en même temps, à rendre la conformité réglementaire plus facile et plus efficace. ELSA et AEC sont tous deux d’excellents exemples de la manière dont le « low-code » et le « no-code » fonctionnent bien aujourd’hui pour des applications très ciblées.

Restez à l’écoute pour en savoir plus sur les mises à jour concernant le low-code, le no-code et l’intelligence artificielle ! S’abonner à la lettre d’information TJC Group Insights : https://info.tjc-group.com/tjc_newsletter