Points à retenir du SAP Connect Partner Summit

03-12-2019 | 5 lecture minimale | Partenaire SAP

Auteur : Frederic Hottner, responsable des ventes Allemagne, TJC Group

En tant que partenaire SAP de longue date, nous sommes de grands abonnés au mantra selon lequel une communauté SAP coopérative forte est essentielle pour développer les outils et les solutions qui mènent à des projets clients réussis. Le sommet annuel des partenaires SAP Connect en est l’illustration et constitue un événement important du calendrier TJC. Cette année, l’événement s’est tenu au « Kraftwerk » à Berlin – notre responsable des ventes TJC Allemagne, Frederic Hottner, y a assisté et nous a fait part de ses réflexions et des principaux points à retenir du sommet.

Un lieu unique et surprenant

Le Sommet des partenaires SAP de cette année avait un thème sous-jacent clair sur l’expérience, et plus particulièrement sur le rôle que jouent les expériences positives et les émotions dans la prise de décision et les relations commerciales fructueuses. Il était donc normal que le lieu de l’événement reflète parfaitement cela. Kraftwerk Berlin a fourni la toile de fond époustouflante d’un programme riche et informatif axé sur les entreprises intelligentes, les partenariats et « le pouvoir de l’expérience ».

Kraftwerk Berlin
Figures 1 : Images de Kraftwerk Berlin
Kraftwerk Berlin
Figures 2 : Images de Kraftwerk Berlin

Données O et données X

La séance d’ouverture comprenait des exposés des conférenciers principaux Rumyana Trencheva, Hartmut Thomsen, Christian Mehrtens, Sabine Pfriemer-Zenz et Simon Hammer. Ici, ils ont parlé du besoin croissant de conseil à mesure que nous nous dirigeons vers SAP Cloud Platform.

Ils ont continué à expliquer la dynamique croissante du développement d’applications, le nombre de partenaires SAP App Center en Allemagne ayant atteint 836 seulement. Les partenaires SAP concentrent actuellement la plupart de leurs efforts sur les données opérationnelles (O Data).

Mais ce n’est pas seulement le côté fonctionnel et opérationnel de SAP qui continue d’évoluer. Un autre point clé soulevé était de savoir comment le prochain – et sans doute actuel – l’accent est mis sur le « contact humain ». SAP appelle cela la « gestion de l’expérience », c’est la collecte et l’utilisation des données d’expérience (données X).

Données d'expérience et données d'exploitation
Figures 3 : Les rôles joués par les données d’expérience (données X) et les données d’exploitation (données O) dans la Business Intelligence

Si une entreprise n’a pas le doigt sur le « pouls » de l’expérience, elle a alors un « écart d’expérience ». SAP prévient que « chaque entreprise devrait bientôt créer et posséder une adresse IP dans le cloud pour réussir avec les données X à l’avenir ».

La plateforme intelligente d'entreprise
Figure 4 : La plateforme intelligente d’entreprise

Nous vivons dans une économie de l’expérience

Poursuivant sur le thème de l’expérience, un responsable technique de SAP s’est penché sur la réduction du fossé entre les générations plus jeunes et plus âgées. En fait, lorsque les deux travaillent ensemble, la somme est supérieure au tout. Lors de l’ajout des outils techniques SAP, la combinaison aboutit à l’entreprise intelligente.

« Pour la jeune génération, les natifs du numérique, c’est comme une fête, et pour les plus âgés, ça fait exploser leur cerveau, mais avec les héros numériques et les outils, vous l’avez ».

La diapositive suivante décrit ironiquement à quoi ressemblent les équipes aujourd’hui :

Et, c’est ainsi qu’ils seront améliorés dans le futur, un mélange entre générations :

L'entreprise intelligente

Noir ou blanc

Mon point culminant du SAP Partner Connect Summit – et peut-être l’un des meilleurs discours que j’ai vus jusqu’à présent – a été tenu par l’ancien co-PDG de SAP Jim Hageman Snabe . Pour Jim, tout a commencé en 1989 avec ces grands changements : l’effondrement du mur de Berlin, Internet ou le changement climatique.

Ensuite, Jim a partagé le dilemme de l’innovateur, proposé par Clayton Christensen dans les années 90, pour démontrer comment des entreprises exceptionnelles et prospères peuvent tout faire « bien » et pourtant perdre leur leadership sur le marché – ou même échouer – alors que de nouveaux concurrents inattendus apparaissent et prennent le relais. le marché. L’analogie suggère que ceux qui adoptent et s’adaptent au changement numérique survivront et prospéreront, tandis que ceux qui ne le feront pas seront laissés pour compte.

Le dilemme de l'innovateur
Figure 5 : Le dilemme de l’innovateur.

Jim a poursuivi en expliquant que ce que nous recevions d’Internet ne résolvait pas réellement les vrais problèmes. Il a souligné la comparaison tirée de « A Tale of Two Cities » de Charles Dickens, décrivant une situation similaire à l’époque de la Révolution française. Comme le souligne le chef-d’œuvre de Dickens, il y a toujours plus d’une interprétation dans chaque aspect. Là où il y a de la lumière, il y a aussi des ténèbres. De même, Internet a apporté des changements positifs, tout en créant de nouveaux défis.

« C’était l’âge de la sagesse, c’était l’âge de la folie… c’était le printemps de l’espoir, c’était l’hiver du désespoir ».

Charles Dickens, Un conte de deux villes.

Jim a parlé des 17 vrais défis pour le monde définis par l’OCDE qui devraient (et peuvent) être résolus par les entreprises et les technologies. Et si nous regardons chacun de ces 17 défis dans l’image ci-dessous, presque rien n’a été résolu à ce jour :

Les 17 défis du monde.
Figure 6 : Les 17 défis du monde.

Jim s’apprête à publier un livre sur ce thème intitulé « Tech for Good » qui sortira bientôt. Nul doute que ce sera une lecture intéressante pour les professionnels partageant les mêmes idées pour découvrir son approche sur la façon dont la technologie devrait nous aider à créer un monde meilleur. Je suis reconnaissant d’avoir l’occasion d’entendre un discours aussi inspirant.

Calcul de votre offre sur SAP Cloud Platform

Le sommet des partenaires a fourni des commentaires précieux et un aperçu de l’orientation de nos propres développements au sein du groupe TJC.

Vous pouvez en fait calculer votre propre offre sur SAP Cloud Platform en ajoutant votre « durée d’exécution de l’application » (en Go de mémoire requis), la bande passante requise, l’IDE Web, entre autres facteurs.

Graphique SAP
Figure 7 : Graphique SAP montrant les parties impliquées (SAP/tierce partie) et les services pour les applications SCP

Gestion intelligente des processus métier

L’avenir pointe vers la gestion intelligente des processus métier sur SAP Cloud Platform. Le SAP App Center est une excellente opportunité pour les partenaires de commercialiser leurs applications. SAP exécute également un service de cycle de vie des partenaires de SAP pour co-innover, en créant des applications avec SAP.

Cela englobe le partenariat et la collaboration et pourrait bien être un domaine important pour l’innovation sur le SCP à l’avenir.